"Alors, c'est pour quand le bébé?"

août 03, 2020


*Image: source internet


Coucou mes beautés,
J'espère que vous allez bien. 

Aujourd'hui, comblée de joie j'ai été à l'annonce de la grossesse d'une blogueuse que je suis depuis des années. Positive, pleine de vie, inspirante, une jeune femme exceptionnelle. Heureuse j'étais, comme si elle était ma soeur ou une amie. 
Et, comblée surtout parce que je sais ce que cela représente pour elle et son mari: résultat gagnant d'un long processus, sans vouloir m'attarder sur leur vie privée.

Cette bonne nouvelle m'a ensuite rappelée une question que beaucoup de gens se plaisent à poser à d'autres, comme ça, sans vergogne: "Alors c'est pour quand le bébé?"J'y ai eu droit, oh que oui !!! Vous aussi sans doute. 
Simple bienveillance ou pure curiosité, tout ce que je sais c'est que ce n'est pas la question à laquelle tout le monde a envie de répondre. 
À juste titre. 
Qu'elle soit posée par un membre de la famille, un ami ou un collègue, la question reste très intrusive et déplacée. Je me suis toujours gardée de la poser, de par mon éducation en premier et deuxièmement parce que je l'ai toujours trouvée intime, très intime. 

Pour commencer, chacun a son histoire, ses envies, ses projets, ses combats, ses victoires, son timing. Chacun décide à quel moment de sa vie il veut faire ceci ou cela. Avoir un ou des enfants n'est pas la priorité de tous. 
Ensuite, n'oublions pas qu'être enceinte/mener une grossesse à terme/accoucher est un privilège qui n'est pas donné à toutes. 
Aussi, l'horloge biologique varie d'une personne à l'autre. À ce propos, l'idée reçue qui attribue généralement à la femme toute incapacité de concevoir est complètement fausse. Les hommes ne sont pas en reste concernant le risque d'infertilité. L'objectif n'étant pas ici de trouver pourquoi X ou Y n'a pas ou pas encore d'enfants.

À travers cet article, il me tenait à cœur de sensibiliser sur toute l'indélicatesse de cette question. J'espère fortement que vous ferez de même autour de vous.
Avant de demander à une personne ou un couple: "À quand le bébé?" ou "À quand le prochain?", rappelez-vous ceci:
  • La personne est célibataire (et c'est normal)
  • La personne est en couple et ne veut pas d'un enfant là tout de suite (c'est normal)
  • La personne attend d'avoir une situation stable notamment en termes de temps et d'argent (avoir un ou des enfants et s'en occuper c'est du temps et de l'argent et ça ne sera pas le vôtre !) 
  • Le couple a choisi à quel moment cela se ferait (en fonction de ses projets)
  • Les concernés ne veulent pas avoir d'enfants (et n'ont pas à justifier ce choix)
  • Ils ne veulent plus en avoir (et n'ont pas besoin de votre validation)
  • Ils ne peuvent pas en avoir (pour diverses raisons, notamment médicales)
  • Ils ne peuvent plus en avoir (ça les regarde)
  • Ils essaient de toutes leurs forces d'en avoir (c'est leur combat)
Se retenir de poser ce genre de questions, c'est respecter la personne qui vous écoute ou qui vous lit. De surcroit à l'ère des réseaux sociaux où tous les "gynécologues du Net" et les "pro de la relation de couple" ont un avis à donner.
La familiarité ou la proximité ne nous autorise pas à être intrusifs. D'une question qui semble anodine, on peut réveiller un douloureux souvenir ou un douloureux combat en cours. Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas suffisamment de pression sociale sur d'autres sujets.
Et, si par la force des choses, vous posez tout de même cette question, comprenez que la personne ne veuille pas vous répondre.
Que chacun s'occupe de sa vie et de son appareil génital!


D'ailleurs, cela me rappelle aussi une autre question célèbre "Mais tu te maries quand?", MDR
C'est tout pour le moment...



Prenez soin de vous,
Je vous embrasse

L.





  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...