World AIDS Day: Discrimination Zéro!

décembre 03, 2013

Ecouter de la musique c'est bien. Décompresser après une rude journée de travail, se détendre, s'évader, faire la fête, danser en se laissant guider par le rythme, ou... réfléchir, peu importe la raison pour laquelle on décide d'appuyer sur "Play", cela nous fait généralement un bien fou. Me concernant, même en période de révision pour les partiels, il me fallait un petit fond sonore sinon c'était un zéro garanti par le manque de concentration et donc de compréhension de mes cours.
Bref, je ne vais pas lister ici toutes les raisons que nous connaissons qui rendraient complètement invivable un monde sans musique.

Ecouter de la musique pour défendre une cause, c'est encore mieux.


Il y a 3 jours nous célébrions le 1er jour du dernier mois de l'année. Ce début de mois nous fait penser aux festivités à venir mais, il symbolise aussi une lutte mondiale qui est menée chaque année depuis 1988: la lutte contre le VIH. En effet, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a consacré chaque 1er décembre à la journée mondiale du Sida (en anglais World AIDS Day), le but étant de sensibiliser un large public sur ce fléau.
Lors de cette journée, des moyens de prévention sont diffusés pour réduire les risques de transmission de cette maladie qui, pour l'heure, ne peut être éradiquer: le port du préservatif par exemple lors de rapports sexuels, l'utilisation d'outils stérilisés ou encore le dépistage. 
On recense aujourd'hui plus de 41 millions de personnes séropositives dans le monde. 

Cependant, cette journée mondiale n'est pas la seule occasion de revenir sur cette pandémie et ses effets. Un progrès a d'ailleurs été constaté dans l'ensemble des régions du monde au regard des actions de sensibilisation qui sont de plus en plus déployées pour inciter les populations à se protéger et se faire dépister. La mobilisation reste entière et régulière. 
Grâce à ces actions, le nombre de nouvelles infections au VIH et le nombre de décès sont en baisse par rapport aux années précédentes. Même dans les pays en voie de développement où les cas de souffrances sont souvent les plus complexes en raison des difficultés d'accès aux soins efficaces, les décès liés au sida ont considérablement chuté. Mamadou DIALLO, directeur de l'Onusida, parlait au journal de RFI (Radio France Internationale) d'un recul des décès liés au sida de 34% en Afrique et d'une réduction globale des personnes atteintes d'environ 33%. En plus, les budgets nationaux consacrés au sida en Afrique auraient triplé entre 2007 et 2012. Beaucoup se veulent optimistes et parlent même "d'une fin de l'épidémie". 
L'espoir semble désormais être le maître mot dans cette lutte grâce à une conviction plus vive. Les moyens de prévention semblent renforcés, l'information massivement diffusée et les outils multipliés. 

Cette année, le thème de la journée a été "Objectif zéro: zéro nouvelle infection due au VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida"
L'OMS a surtout lancé un appel spécifique destiné notamment aux adolescentes qui sont de plus en plus touchées par cette maladie. 
En France, le gouvernement a pris la sage décision de baisser le prix du préservatif. Selon la ministre de la Santé, "en faisant un effort sur le préservatif, on sécurise l'entrée de tous dans la vie sexuelle".
En Afrique, certains gouvernements œuvrent également pour faire face à ce fléau, par des politiques ciblées de prévention. Les associations culturelles aussi sont de plus en plus engagées dans cette lutte. 

A Pointe-Noire (CONGO) par exemple, c'est l'association "Les Dauphins" qui lutte, entre autres, contre la discrimination vis-à-vis des personnes victimes du Sida. A travers des actions ciblées, elle se bat pour favoriser l'insertion sociale et professionnelle des personnes atteintes de VIH, pour changer les mentalités sur ce sujet et ainsi permettre une société meilleure dans laquelle les séropositifs ne seraient pas mis à l'écart. Toutes ses actions se fondent sur un seul credo: "La grandeur d'un homme ne réside pas seulement en ses richesses mais en sa capacité d'aider autrui, sans rien attendre en retour." 
A ce propos, je pense qu'être séropositif est une chose et le vivre en est une autre, surtout dans les pays africains où le ou la séropisitif/ve devient systématiquement la risée de tout le quartier. Il y a d'une part le combat à mener contre cette satanée maladie et de l'autre la bataille sans fin contre le regard, l'humiliation et le dégoût dont les autres font ouvertement preuve dans tous les domaines de la vie: famille, travail, église, société... 
On a beau dire "laissons parler les gens" et se convaincre que l'on ne prête pas attention à ce que disent ou pensent les autres, à un moment ou un autre, nous admettons tous que leurs mots ou leurs silences blessants peuvent fortement nous affecter, nous rendre vulnérables. A mon sens, cette vulnérabilité rend davantage complexe le combat que ces personnes mènent déjà difficilement contre la maladie. 


N'a-t-on jamais pensé à ce qu'elles pouvaient endurer au quotidien? Est-ce si important de se questionner sans cesse sur les voies de contamination des uns et des autres? A-t-on réellement besoin de s'attarder sur la soit-disant grosse erreur que telle ou telle personne aurait commise en se mettant en couple avec une autre? Sur le fait qu'elle aurait pu se protéger? Est-ce indispensable de faussement s'apitoyer sur le sort d'autrui en le criant sur tous les toits? Un séropositif serait-il moins intelligent, moins motivé ou moins productif qu'une personne non atteinte? N'a-t-on jamais ressenti la douleur d'être rejeté à un moment de notre vie? Et si on en parlait, que dirait-on? 
Est-ce si dur de simplement aider, soutenir, réconforter, d'être là et d'aimer? 

Tellement de gens passent tellement de temps sur tellement de choses qui n'ont pour effet que de faire souffrir autrui et de les faire souffrir aussi par la suite. 
Beaucoup semblent oublier que le VIH n'est pas le terminus et que les traitements, les progrès permettent de rallonger l'espérance de vie, tout en restant en bonne santé. Beaucoup semblent oublier que le SIDA n'est pas ou plus la seule maladie que l'on devrait atrocement craindre. La foudroyante montée des cancers, des maladies cardiovasculaires ... est davantage présente, sans compter les malheureux accidents de la vie qui peuvent survenir. Mon intention n'est pas décrire un article effrayant sur comment se termine la vie, loin de là, mais plutôt de faire prendre conscience que peu importe les coups durs qui peuvent nous arriver, nous avons cette chance inouïe d'être en vie là maintenant, que la vie est magnifiquement belle et que nous pouvons davantage l'embellir si nous choisissons de pleinement nous consacrer aux choses qui nous font du bien, si nous arrêtons de juger tout ce qui est différent de nous, et si nous passons du temps avec les personnes qui nous sont chères, peu importe qui elles sont, peu importe de quoi elles souffrent. 


Dans cette lancée, l'association Les Dauphins a décidé cette année de faire appel à divers artistes de la région en les regroupant autour d'un projet appelé "Zéro discrimination". Le fruit de cette collaboration est un single qui alarme sur tout ce que j'ai abordé précédemment. 
Les fonds récoltés serviront à multiplier et à améliorer les actions menées à l'endroit des séropositifs. 
La cause étant d'une importance capitale, cette oeuvre réalisée par environ 15 artistes est téléchargeable sur près de 112 sites de téléchargement légal tels que Itunes ou encore Amazon, à seulement 0,69 euros. J'avoue avoir été un peu choquée à la vue du prix sur le site Amazon mais le prix aurait été volontairement choisi pour que le morceau soit vendu à un large public. 
Je vous invite donc, très chers lecteurs/lectrices, à faire ce petit mais tellement grand geste pour toutes les personnes atteintes du VIH en Afrique et dans le monde, et pour toutes celles à qui l'on pourrait éviter une quelconque infection grâce aux actions de sensibilisation qui seront par la suite mises en place. 


Luttons tous ensemble contre le Sida et contre la stigmatisation des séropositifs. 
"C'est le sida qu'il faut exclure, pas les séropositifs"! 

Vous pourrez télécharger la belle oeuvre ici.
Le clip ici.

En priant que nous puissions sortir vainqueurs de ce combat, avec l'aide de cet Homme Adorable et Puissant là haut. En espérant que les pouvoirs publics notamment africains consacrent davantage de temps à informer l'ensemble de la population pour lutter contre l'ignorance et l'indifférence. Enfin, en souhaitant vivement un accès plus important, plus large à la prévention, au dépistage, au traitement et aux soins. 



Take care and please don't forget to smile

Bisous

L. 





  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...